Faire un bébé, c’est neuf mois (et trois de plus)

mother with her babyConnaissez-vous les Yecuanas ? Non ? Rassurez-vous, je n’avais jamais, moi non plus, entendu parler d’eux avant de découvrir les travaux de l’Américaine Jean Liedloff.

Les Yecuanas sont un peuple autochtone d’Amazonie, et ils ont quelque chose de passionnant à nous apprendre sur la façon de bien s’occuper d’une nouvelle maman. Chez eux, la coupure est effacée entre les neuf mois de grossesse et le trimestre suivant, le premier de la vie de bébé. A la place, il y a ce que Jean Liedloff appelle le continuum, et c’est tout bénéfice autant pour le nourrisson que pour sa mère.

Après leur accouchement, les femmes Yecuanas récupèrent mieux de leur grossesse, physiquement et émotionnellement. En vivant au rythme de leur bébé (et non l’inverse), elles créent plus facilement le lien avec lui. On peut parier que le nouveau-né s’en porte bien mieux lui aussi. Et si ça marche chez les Yecuanas, cela marche aussi sous nos latitudes bien sûr !

Donner la vie, c’est merveilleux, mais c’est écrasant aussi. La nouvelle maman est souvent épuisée par la grossesse, par l’accouchement, débordée par le flot des émotions qui la submergent depuis la naissance. Et alors même qu’elle rêve de reprendre son souffle, elle a besoin d’une énergie folle pour nourrir, soigner, protéger son bébé. Le petit être s’était débrouillé seul pendant neuf mois, bien à l’abri dans la ventre maternel. Elle le nourrissait, le portait, le berçait… sans même y penser. Désormais il l’émerveille, mais il la sollicite à chaque instant par ses appels et ses pleurs.

Le concept du continuum dit tout simplement qu’il faut 4 trimestres de grossesse pour faire un bébé, parce qu’il est nécessaire de garder un contact le plus proche possible avec son bébé pour bien accompagner ses premières semaines de vie. C’est tout à fait recommandé, et cela va un peu de soi pour une maman maternante qui allaite son bébé à la demande, dort dans la même chambre que lui et le porte pour prolonger le lien maman-bébé après la naissance.

Ce que réussissent les Yecuanas en étant solidaires entre eux, nous pouvons facilement l’appliquer nous aussi, grâce au… congé maternité.

Pour bien récupérer, la maman doit vivre au rythme de bébé, se reposer quand il se repose en multipliant les micro-siestes. Et dans la continuité de la grossesse, elle doit prendre soin d’elle-même, surtout ne pas s’oublier : bien dormir, veiller à ses émotions, et bien manger. Elle garde ses bonnes habitudes alimentaires et on reconstitue ses réserves en vitamines, minéraux et nutriments à haute valeur nutritionnelle. Et elle n’hésite pas à se faire dorloter, en demandant à ceux qui l’aiment de lui préparer de bons petits plats.

Une fois que votre entourage aura compris qu’une grossesse, c’est douze mois, il comprendra mieux que vous avez vraiment besoin d’aide lors de cette période. Il veillera mieux sur vous et guettera vos signes d’épuisement. Et c’est ainsi que vous aurez la chance de vivre, un tout petit peu, les joies d’une maman Yecuana !

Mélanie Schmidt-Ulmann

www.lelaitdemaman.com

ABOUT AUTHOR

melanie melanie

COMMENT ( 1 )

  • Lucy

    Ah, i see. Well tha’ts not too tricky at all! »

GIVE A REPLY